Aller au contenu
Accueil » Comportement de l’octodon

Comportement de l’octodon

L’octodon est un petit rongeur très curieux, qui aime explorer et saura faire rire avec ses pitreries. Cependant, pour qu’il soit maintenu dans de bonnes conditions, il est indispensable de bien comprendre son comportement.



1 / L’octodon, rongeur grégaire

L’Octodon degus est un animal qui est naturellement grégaire, il a besoin de vivre en groupe. L’idéal est de les accueillir par paires, dans une cage assez grande et bien aménagée. Dans la nature, ils vivent dans des groupes composés de 4 à 5 femelles pour 1 à 2 mâles. Maintenir de grands groupes en captivité demande une cage de grande taille, ainsi que beaucoup d’enrichissements, pour éviter le stress. Il est important d’éviter de dépasser la taille d’un clan naturel, car cela peut causer un stress conséquent et déclencher des bagarres. Les mâles peuvent être castrés afin de vivre avec une ou plusieurs femelles et constituer un groupe plus stable.

2 / Cris et langage corporel

L’octodon est un animal qui peut se montrer très bavard : il est capable de faire plus d’une dizaine de vocalises différentes, en passant du grognement, au sifflement, couinement et gémissement. Chacun de ces cris ont des fonctions bien précises, pour en savoir plus, nous vous conseillons de les écouter directement : octodons.fr/cris-et-sons-chez-octodon. L’octodon saura alerter en cas de danger ou vous faire savoir qu’il est heureux.

L’octodon a un comportement corporel également très spécifique, où les interactions sont nombreuses. Ainsi, il aime bien rester en groupe, faisant parfois des “piles” pour dormir et se nettoyer mutuellement. Vous le verrez aller faire un “bisous” à ses compagnons de cage, cela lui permet de vérifier l’identité de l’individu. Quand il est fâché ou excité, il va remuer la queue et même à l’occasion grogner : cela ne veut dire qu’une chose, attention aux doigts! Enfin, il arrive régulièrement qu’un octodon grimpe sur un autre, comme s’il voulait s’accoupler, mais il n’en est rien. Il lui montrera tout simplement qu’à ce moment donné, il est le chef. L’octodon monté pourra se soumettre ou se retourner, ce qui risque de dégénérer en bagarre, comme deux kangourous les deux protagonistes s’affronteront sur les pattes arrière.

Cependant, le langage le plus poussé de l’octodon reste son sens olfactif. Chaque octodon a son odeur propre et l’harmonise au groupe en se roulant dans la terre à bain. Cela permet de garder une bonne cohésion de groupe.

3 / Communication Octodon-Humain

Lorsqu’il est apprivoisé et est en confiance, l’octodon peut se révéler un compagnon très agréable au quotidien. Il saura vous surprendre en utilisant un cri spécifique pour vous attirer et réclamer quelques friandises. S’il apprécie les câlins, il lèvera ses pattes pour se faire gratter sous les aisselles, le menton ou près des oreilles. Cela est le signe d’une grande confiance. Enfin, certains octodons vont jusqu’à dormir dans les bras de leurs humains voire dans leurs capuches!

4 / Stress et stéréotypies

Si son habitat n’est pas adapté, l’octodon peut s’ennuyer très rapidement. Il va alors développer du stress et des comportements stéréotypés, c’est-à-dire un comportement répété encore et encore. Il peut s’agir de mordre les barreaux en boucle, ou encore de faire de la roue sans s’arrêter. Cela traduit un mal être et il est important de proposer des occupations à l’octodon.

Les stéréotypies peuvent être très longues à disparaitre ou atténuées et doivent être prises en compte rapidement pour éviter que le comportement s’installe durablement. Il est indispensable de ne pas empêcher l’expression de la stéréotypie, au risque d’augmenter le mal-être de l’animal. C’est en changeant ses conditions d’habitation (cage plus grande, enrichissements, …) et en présentant de nouvelles opportunités de découvertes que ces comportements peuvent diminuer.

5 / Enrichissements

Les enrichissements permettent à l’octodon de s’occuper au quotidien, diminuant ainsi le stress et les bagarres en groupe. Il s’agit d’apporter quelque chose de nouveau, soit en changeant un élément, soit en proposant une nouvelle occupation. Ainsi, il est possible de retirer les gamelles et de cacher la nourriture dans la cage, cela occupera longtemps l’octodon, qui devra ainsi fouiner. De même, des “casse-tête” peuvent être créés avec des tubes en cartons, du papier essuie-tout et de l’imagination! De nombreux éléments peuvent être un enrichissement dans la cage de l’octodon, et fabriqué à moindre coup. Il est possible de leur créer des tanières, changer l’aménagement de la cage, apporter de nouvelles choses (pierres, pot en terre, tunnels en PVC, …) pour attiser leur attention.

6 / Erreurs à éviter

Vouloir prendre un trop grand ou trop petit groupe d’octodons : les octodons ne devraient pas être plus de 6 par cage et maintenus en paire au minimum. Cependant, il peut arriver que certains doivent vivre seuls (décès du compagnon, …). Dans tous les cas, les groupes sociaux doivent être murement réfléchis en amont et ne pas être constitués pour faire en sorte d’avoir le plus grand groupe possible.

Ne pas respecter le caractère de l’octodon : l’octodon est un animal très vif et très curieux, il peut également faire beaucoup de bruit au quotidien. il n’est donc pas à placer entre toutes les mains et doit être respecté en tant qu’espèce.

Trop faire : il n’est pas utile de déménager la cage tous les jours pour créer un enrichissement : une occupation ou un changement par jour peut suffire. Trop de changement peut être bénéfique.

Ne pas stimuler son intelligence : l’octodon s’ennuie vite, il a donc besoin d’une stimulation régulière afin de ne pas commencer des comportements qui peuvent être dangereux pour sa santé et très embêtants pour les propriétaires.

Fiche créée par l'association Oktodon et en partenariat avec www.octodons.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.